Backstage Eye Prime, la base paupière par Dior


Alors qu'en début de semaine je vous présentais mon avis sur des fards à paupières je vous donne aujourd'hui mon avis sur un élément essentiel à la réussite d'un maquillage des yeux : la base. D'ailleurs à chaque tutoriel de Monday Shadow Challenge la première étape reste la même, j'applique une base sur mes paupières. Si je vous avais déjà parlé de celle de Sephora - la Colorguard iciiii  - je vous présente aujourd'hui mon autre acolyte la Backstage Eye Prime de Dior !






Packaging

-

Ce petit pot transparent surmonté d'un couvercle argenté miroitant et gravé aux initiales CD est des plus ravissants. Mais pas des plus pratiques. Enfin si, il est pratique pour prélever la base en faisant chauffer le produit avec des petits mouvements circulaires. Le contenant est adapté à la galénique. 


Mais dès que mes ongles commencent à être un peu longs ça devient compliqué de ne pas le massacrer à coup d'ongle. C'est le problème de tous les petits pots et le problème des filles aux ongles longs. Au delà de ça le packaging du Backstage Eye Prime reste quand même de très bonne qualité et très chic.




Texture / Application

-

La texture de la Backstage Eye Prime est semblable à celle d'un correcteur très compact. Elle est ferme, dense et un peu sèche, surtout si je laisse le pot ouvert trop longtemps. Pour prélever la base il faut la chauffer pour casser ce côté sec et obtenir une matière plus crémeuse et souple. Je la prélève toujours au doigt, la texture étant trop dense pour être prélevée au pinceau, même synthétique. Cette petite chose est pour moi le principal point faible de la base parce qu'elle complique la tache pour l'application. Si je la chauffe trop et que j'en prélève trop elle s'effrite un peu quand je l'applique sur mes paupières. 


La meilleure solution c'est de ne pas la laisser ouverte à tout va et de ne pas non plus chercher à en prendre trop d'un coup. Si je fais un petit tour de pot avec mon index la base s'applique ensuite très facilement - quitte à en reprendre pour couvrir toute la paupière et l'arcade sourcilière - et finalement c'est assez économique puisque j'en applique moins que la Colorgard de Sephora qui est en tube. C'est vrai que la première fois que j'ai mis mes petits doigts dans le pot j'ai été assez déroutée par l'aspect sec et le fait de ne pratiquement rien prélever d'un petit coup de patte. Maintenant je le sais d'avance, je m'y suis habituée et c'est devenu surmontable.


Dior précise qu'elle  lisse la paupière, je ne suis pas du tout d'accord, je trouve au contraire qu'elle marque les zones de sécheresse. La démarcation est surtout visible quand la base est seule, une fois les fards déposés les zones de sécheresse sont invisibles mais la paupière n'en est pas plus lisse non plus.
La Backstage Eye Prime est teintée - teinte 002, je précise mais il n'y en a qu'une seule de disponible - pour corriger les petits défauts. Elle convient à ma carnation claire et unifie mes paupières en camouflant les rougeurs et les petits vaisseaux. Gros avantage sur ce point là par contre ! Je ne la sens pas sur mes paupières par contre si je passe mon doigt dessus je sais d'avance qu'elle va accrocher la matière déposée par la suite.


Résultat

-

Au delà de la texture sèche, le plus important c'est quand même de savoir si elle améliore la tenue et l'intensité des fards. Le meilleur test c'est de n'appliquer la base que sur un œil et d'observer si différence il y a. 

Le verdict ne met pas longtemps à tomber, dès le travail des fards je vois nettement le différence : la poudre adhère bien mieux à la paupière et j'obtiens plus facilement un fini homogène. J'avais oublié à quel point c'est la galère de se maquiller sans base quand j'ai fait ce test pour la photo. Surtout j'ai utilisé un fard d'une palette - désormais indisponible et franchement pas indispensable que je ne vous ai jamais présentée et qui préfère rester anonyme, accordons-lui au moins ça - qui n'est pas vraiment pigmenté ni d'une qualité spectaculaire ce qui rend la différence plus flagrante. 

Avec base / Sans base

J'ai honte, mais j'ai honte de cette photo "comparaison sur mes paupières". On dirait le titre d'un tableau période cubisme, non ? J'ai honte parce que le fard - de qualité médiocre je le rappelle - n'est pas bien travaillé - Marie, 4 ans s'est maquillée - je ne suis pas sortie dans la rue avec ça hein ! - mais ça prouve l'amélioration de la "chose" déposée au pinceau sans trop d'effort.


Pour chacun des swatch j'ai "chargé" mon doigt avec le fard trois fois et j'ai superposé trois passages. La photo montre bien que sans base le point d'impact est bien visible et ensuite le fard est moins intense. Avec la base, le point d'impact est moins visible parce qu'elle accroche mieux la poudre tout le long du tracé. M'voyez ce que je veux dire ?

En plus d'un résultat plus homogène, la teinte du fard est également plus intense, moins en transparence - surtout quand je travaille des ombres à paupières de moyenne qualité

La tenue est également améliorée mais en fin de journée les fards migrent quand même dans le creux de paupière. Moins que sans la base, mais un peu quand même.






Pour résumer

-

Je suis une mauvaise blogueuse beauté - bouuuuuuh - je n'ai testé que deux bases à paupières dans ma vie - bouuuuuuh - donc je ne peux pas faire une comparaison avec les autres, plus populaires. Je reste mitigée sur la texture du produit. Bien sûr je m'y suis habituée et je vais l'utiliser jusqu'à la fin parce que je ne vais pas faire ma princesse, c'est largement surmontable, mais il faut bien lui reconnaître ce petit point faible et je pense que d'autres bases sont plus agréables de ce point de vue là. Après je suis très satisfaite de la manière dont elle améliore le travail, le fini et la tenue de mes fards. 

Comme j'ai peu de points de comparaison je ne sais pas comment elle se situe par rapport aux autres bases. Je ne peux donc pas m’extasier et la présenter comme étant la meilleure du marché. Pour ma part, elle convient à mes maquillages assez classiques du quotidien comme pour ceux des Monday Shadow Chalenge. Quand je vois la différence avec et sans, je peux affirmer que je ne peux plus me passer de base mais une fois finie j'en testerai une autre pour ma culture et comparer.



N'hésitez pas à me dire si vous l'avez testé et ce que vous en pensez !

 Backstage Eye Prime de Dior, 32€ environ ici

2 commentaires:

  1. who c'est une base de luxe ^^ j'ai celle d'Urban Decay que tout le monde connaît, j'en ai testé d'autres (too faced, smashbox...) je la trouve très bien.
    Dommage qu'elle marque un peu les zones de sécheresses mais sur la photo on voit bien la différence avec base et sans :)
    gros bisous <3

    RépondreSupprimer
  2. Coucou !
    Je recherche avant tout de la tenue ; du coup, je pense que ce n'est pas la plus adaptée pour moi. Merci pour cet article qui me permet d'y voir plus clair.
    Bisous

    RépondreSupprimer